Gap -  Hautes-Alpes

Histoire d'un Allemand de l'Est - Maxim Leo -
traduit de l'allemand par
Olivier Mannoni - Actes Sud, 2010



 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dans ce livre autobiographique, l’auteur, journaliste, scénariste et écrivain, né à Berlin Est raconte, à travers son histoire, celle de ses grand-pères Gérard et Werner et celle de ses parents Anna et Wolf et leurs difficultés à évoluer dans la période de l’entre-deux guerres. Dans son prologue il résume « Notre famille était une sorte de RDA en miniature. C’est là que se déroulaient les affrontements qui ne pouvaient avoir lieu ailleurs, c’est là que l’idéologie rencontrait la vie. »

Sur le mode narratif et par chapitres thématiques, l’auteur explore le passé d’une idéologie à laquelle ont pu adhérer les allemands. Il cherche à comprendre les choix de vie de ses parents, sa mère adhérente au régime malgré ses doutes, son père dissident passif, au travers de l’histoire de ses grands pères. Gerhard, père d’Anna a combattu le nazisme avec les résistants français et participe à la création de la RDA pour une société plus juste, qu’il transmet à sa fille. Wolf lui ne partage pas les espérances de son épouse. Werner, le grand-père paternel, revient en 1947 à Berlin et dans sa famille, brutal et aigri après sa captivité et « se prouve, à lui comme aux autres,qu’un enfant d’ouvrier peut arriver à quelque chose dans ce nouvel état. » Plus loin l’auteur conclut « Je crois que pour mes deux grands pères la RDA était une sorte de pays de rêve où ils ont pu oublier tout ce qui les avait accablés jusque-là. »

Si eux n’ont pas vu le mensonge, leurs enfants « projetés dans l’univers onirique de leurs pères, ont dû partager leurs rêves, qu’ils l’aient voulu ou non. » Comme cette génération, ils ont vécu, chacun à leur façon, la chute du régime et la réunification, ce qui pour la mère de l’auteur journaliste propagandiste du régime communiste, a été un grand désenchantement.

Le propos est dense, sans pathos et sans jugement et l’on s’attache successivement à chacun des personnages dans leur vécu. Dans ce récit, on parcourt une tranche d’histoire qui relate la facilité de l’embrigadement et les difficultés à se faire une idée juste de ce que l’on vit.

(Présentation : Annie Contin)