Gap -  Hautes-Alpes

Les Vilaines

Camila Sosa Villada

Métailié, 2021

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 


«
Etre trans est autant une fête qu’une tragédie ».
«
Toute trans reçoit dans la distribution des dons, le pouvoir de transparence et l'art de
l'éblouissement
».
La question est posée dans ce
livre. Comment assumer sa transexualité ? Comment la vivre au jour le jour ? Pour les trans en Argentine, rejetées par leur famille, par la société, c’est seulement la nuit qu’elles peuvent briller, le reste du temps, elles doivent rester cachées, invisibles, la prostitution est, la plupart du temps, leur seul moyen de subsistance.
Si Camila Sosa Villada utilise les mythes, l’univers onirique des contes pour nous permettre
d’appréhender sa propre histoire, c’est pour tenir le réel à distance, pour transcender la situation cruelle vécue par la communauté des trans, la première étant la négation, le rejet de la famille, des parents qui refusent d’admettre leur différence, refusent d’aimer leur enfant. « Un jour, alors que je suis dans une réunion familiale, mon père dit : “Si j’avais un fils pédé ou drogué, je le tuerais. À quoi bon avoir un enfant comme ça ? ».
Elles n’ont d’autre choix que de fuir leur famille, s’unir, tenir au chaud ce qui les rassemble.
La nuit, le parc Sarmiento à Cordoba, en Argentine, devient le territoire des prostituées trans. La tante Encarna, figure aussi monstrueuse que maternelle « aux seins gonflés à l’huile de moteur » leur offre refuge, protection et consolation. Un soir, elles découvrent dans les fourrés un bébé abandonné qu’elles prénomment « Eclat des yeux » et décident de l'adopter.
« Éclat des Yeux, baptisé au printemps, a été l’enfant préféré des trans [...]. L’enfant trouvé dans le
fossé, notre enfant commun, à nous qui étions les filles de personne, rien que des orphelines comme lui, les apprenties du néant, les prêtresses du plaisir, les oubliées, les éternelles complices. Baptisé par une putain paraguayenne habillée de pied en cap comme un animal prédateur, qui a soufflé des bénédictions sur son visage, qui a recueilli avec ses faux ongles les larmes que certaines d’entre nous avaient versées pour bénir avec ces mêmes larmes le front de l’enfant. Et à aucun moment Éclat n’a
pleuré ».

Aussi descriptif et précis dans les faits qu’il peut nous faire croire aux enchantemen
ts, le récit coule et nous entraîne dans un flot de violence, de rage, de colère, de passion, d’amour où la tante Encarna de 178 ans, Maria la muette aux bras recouverts de plumes, les hommes sans tête ont la même réalité que la cruauté des situations vécues réellement par les trans.
Ce livre est habité par un lyrisme flamboyant, il passe du rire aux larmes servi par une très belle
écriture et est merveilleusement traduit par Laura Alcoba (autrice de « le bleu des abeilles »)
Extrait :
«
Dans ce monde en folie
Qui nous montrait du doigt,

nous stigmatisait, nous reniait

nous insultait et nous frappait

Nous avions toutes rêvé un jour

de quitter le couteau qui nous servait d'appendice

donné à la naissance comme par erreur

Nous étions la Meute en colère,

Nous étions les Reines de la fête,

Nous étions les Orphelines,

Nous étions les Vilaines.
»
«
Ce que la nature ne te donne pas, l’enfer te le prête. Là, dans ce Parc qui jouxte le centre-ville, le
corps des trans emprunte à l’enfer la substance de ses cha
rmes.

(Présentation : Simone Delorme)