Gap -  Hautes-Alpes

Tropicale tristesse  

Jean Baptiste Maudet

Édition Le Passage 2022

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

La narratrice, Jeanne Beaulieu, agent immobilier, 40 ans, part au Brésil à la recherche d’un indien du territoire Yanomami qu’elle a repéré dans un reportage télévisé sur l’Amazonie.
Avec ce presque rien elle prend un billet d’avion dans l’intention de retrouver cet homme tout en se questionnant sans cesse sur ses choix, « Faut-il partir ? rester ? Si tu peux rester, reste… Reste, voyons, reste ! »

Un voyage qui commence d’une drôle de manière et nous conduit à la découverte de personnages étonnants, de lieux magiques ou tragiques et de situations a priori impossibles desquelles l’héroïne, sans en avoir une conscience éclairée, se tire avec brio. À Sao Polo Jeanne se procure, pour en savoir un peu plus, Tristes Tropiques de Levi Strauss, ouvrage de référence philosophico-ethnologique sur l’Amazonie. Or le livre est annoté et signé par deux personnages, l’un français Paul Martin de Châteauroux, l’autre, Claudia Ambrosio qui se trouve être une fille adoptée par la famille qui fait la loi à Manaus. De quoi nourrir l’imaginaire de Jeanne  qu’elle nous fait partager tout au long de sa quête. On navigue sans cesse entre réalisme et imaginaire dans cette aventure constellée de rencontres improbables et hautes en couleur :
Big James et sa jambe amputée au Vietnam, le vieil homme qui comprend tout, Cuir Fendu ses chiens et leurs relations amicales sincères et ambigües, le rendez-vous avec le réalisateur du documentaire déclencheur du voyage, la découverte de mythes et légendes locales, l’émaillage de réflexions sur le bien-fondé de l’aventure, le dénouement…

Mais tout se tient et la lecture, malgré les travers de cette femme, ses doutes, ses envies, posés par les critères qu’un écrivain masculin lui attribue, reste passionnante tant au niveau de la sociologie avec la référence à Levi Strauss et le fleuve Amazone, aux enjeux politico-économiques du pays, qu’au niveau des relations entre les personnages, et de la fiction. Qui sommes-nous quand nous partons quelque part ? La quête de soi nous rattrape au bout du monde aussi bien que dans notre rue. Et si Jeanne en est consciente, sa personnalité nous est dévoilée par petite touches humoristiques ou dérisoires et non seulement elle n’y peut rien, mais ses histoires, ses rencontres la ramènent invariablement au cœur de ses paradoxes et de ses souffrances, et nous l’accompagnons bien volontiers.
 
Une écriture alerte et enjouée, quelques passages du journal de voyage de l’héroïne  truculents « au début je suis toujours pleine d’espoir. Je ne sais pas où est le Nord, à peine que le Sud se trouve à l’opposé… Je viens d’un milieu tempéré… Je rêve d’une auto combustion de Mamie grillade ou d’une mithridatisation contre le poisson familial… je ne sais à quoi sert la moitié des options de mon couteau Suisse. »

On ne s’ennuie jamais même dans les quelques longueurs explicatives développant un point de vue moralisateur ou politique dans les modes du moment et un début un peu acrobatique - on ne sait pas bien où l’action nous conduit - mais l’histoire y gagne en perspective et c’est tant mieux. Bref, un roman très bien mené qui nous fait vivre une aventure originale, touchante, au cœur des préoccupations du monde  arrêté en 2009.

Présentation : Annie Contin