Gap -  Hautes-Alpes

La plus secrète mémoire des hommes

Mohamed Mbougar Sarr

Ed. Philippe Rey, Jimsaan

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Mohamed Mbougar Sarr a reçu en novembre dernier le prix Goncourt pour « La plus secrète mémoire des hommes ».

Au commencement du récit il y a la rencontre entre un homme et … un livre. Nous sommes en juillet 2018, le narrateur, Diegane Faye, est un jeune écrivain sénégalais qui poursuit ses études à Paris. Le hasard lui met entre les mains un livre dont il a entendu parler mais qui demeurait introuvable. Il s’agit du « Labyrinthe de l’inhumain » du sénégalais T.C.Elimane qui eut un grand succès dans le Paris de l’avant-guerre lors de sa publication en 1938. Une œuvre majeure car elle bouleverse tous ceux qui la lisent mais un auteur mystérieux dont il ne reste plus de traces, T.C.Elimane, a été effacé de la scène littéraire après qu’il a été accusé de plagiat. Diegane est subjugué par la lecture de ce livre. Intrigué par le silence de l’auteur fantôme, il entreprend de reconstituer sa trajectoire, son Odyssée.

Une enquête :

On lit « La plus secrète mémoire des hommes » comme une enquête littéraire qui nous transporte sur les traces d’Elimane, en différents lieux et à différentes époques : nous sommes à Paris de nos jours, Amsterdam ou Dakar, ou dans le Paris de l’avant-guerre et de la guerre, au Sénégal au temps de la colonisation, en Argentine dans les années 50 ou 80. Le roman de Mohamed Mbougar Sarr est plein d’énergie narrative avec ses formes variées ( journal, extraits d’articles de presse ou d’enquêtes journalistiques, récits de mémoires et confessions intimes etc …) et ses nombreux personnages : Aïda, l’élue de cœur de Diegane, une jeune femme libre et militante, Marème Siga D., écrivaine sénégalaise reconnue, une initiatrice à la littérature pour Diégane, c’est elle en effet qui lui procure le fameux livre du mystérieux auteur. On rencontre beaucoup d’écrivains dans le roman : les amis de Diegane à Paris, une certaine poétesse haitienne qui a connu Elimane en Argentine … et puis des conteurs dans la tradition africaine tel Ousseynou Koumakh, l’oncle qui a élevé Elimane enfant.

Des récits enchâssés :

Ces voix plurielles entretiennent la mémoire d’Elimane en révélant peu à peu les secrets de sa vie. Les narrations s’enchaînent, se relaient. Les récits sont enchâssés comme des récits gigognes et dessinent page après page le portrait en contre-jour d’un T.C.Elimane mystérieux dont nous est dévoilée peu à peu la profonde humanité au delà de l’expérience de vie chaotique. On parle de lui comme d’un astre noir, on se rappelle son charme, l’attraction qu’il exerce sur ceux qu’il rencontre, son aura … Nous apprenons peu à peu que lorsqu’il a fui la France pour l’Amérique latine il avait un but secret et envisageait une destination finale.

La quête de la littérature :

Un ami de Diegane lui dit : « J’ai compris que derrière la suite du livre, c’est la littérature même que tu crois chercher. Mais chercher la littérature, c’est poursuivre une illusion. Chercher la littérature, c’est chercher la merde ». " La plus secrète mémoire des hommes" sonde l’attraction qu’exerce la littérature, son pouvoir mais aussi ses impasses. Diegane l’aspirant écrivain est sur les traces de sa propre vocation littéraire. Il s’interroge, parfois avec humour, sur la double appartenance des écrivains africains francophones et sur l’idéal d’universalité auquel aspirent les hommes.

Mohamed Mbougar Sarr nous offre avec « La plus secrète mémoire des hommes » un roman dense, ambitieux, plutôt cérébral mais non dénué d’humour et de sensualité. C’est un bel éloge de la littérature et un chant d’amour à la terre africaine et à la culture d’origine.

Littera 05 avait reçu à Gap en mars 2020 Mohamed Mbougar Sarr autour de son précédent roman « De purs hommes ».

Présentation : Tiziana Champey