Gap -  Hautes-Alpes

La petite fille de Monsieur Linh

Philippe Claudel

Stock, 2005

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

Monsieur Linh est un vieux réfugié venu d'un pays d'Asie, un pays de rizières ravagé par des années de guerre, sans doute le Vietnam. Il vient d'arriver dans un port de France, on ne sait lequel, où sont accueillis de nombreux réfugiés arrivés par bateau. Monsieur Linh a quitté son village, entièrement dévasté par les bombes, et n'a emporté avec lui qu'une vieille valise qui contient un peu de terre du pays et une vieille photo jaunie. Il tient dans ses bras un bébé de quelques semaines, sa petite fille Sang diû; les parents de l'enfant sont morts dans un bombardement. C'est pour sauver sa petite fille qu'il a accepté de monter dans ce bateau, sa petite fille qu'il garde toujours dans ses bras, pour la bercer, la câliner, la nourrir et l'endormir avec une chanson. C'est désormais le seul lien qui le rattache à la vie. Il vit dans un coin de dortoir, en compagnie d'autres réfugiés qui l'ignorent ou se moquent de lui. Il vit dans une solitude extrême, la solitude de l'exilé qui arrive dans un pays dont il ne comprend pas la langue et où les gens vivent en s'ignorant, toujours pressés d'aller on ne sait où. Les seuls instants de bonheur qu'il vit sont ceux où dans sa tête ressurgissent des souvenirs, reviennent les images de ceux qu'il a aimés, sa femme, ses enfants, les gens de son village. Mais tous sont morts et la solitude de ce vieil homme, son dénuement, sa douleur due au vide de l'absence sont exprimés avec une telle pudeur et en même temps une telle intensité qu'on en est bouleversé.

                    Bien que ne parlant pas la langue du pays, Monsieur Linh va pourtant se faire un ami, dans la rue, un homme lui aussi brisé par la vie; et miracle, ils vont se comprendre; car ce qu'ils ressentent se situe au-delà des mots, au niveau de l'émotion qu'ils traduisent par leurs yeux, leurs gestes, leur sourire.

                   Et quand on arrive à la fin du livre, sans l'avoir quitté une seconde, on est bouleversé par le dénouement qui donne un sens inattendu au livre. En tout cas, Philippe Claudel réussit à évoquer en un livre très court, l'exil forcé et tout ce que cela implique : la solitude, le rejet de l'autre différent, le déracinement, le dénuement, le deuil des siens, le souvenir de ce que l'on a perdu à jamais ancré dans la mémoire.

(Présentation : Anne-Marie Smith)