Gap -  Hautes-Alpes

Jeu blanc

Richard Wagamese

 

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Édition 10/18 Zoé 2012 sortie 2017 en français traduit par Christine Raguet

C’est un récit qui relate en grande partie l’histoire de son auteur, Richard Wagamese, Indien Ojibwe du Nord Ouest de l’Ontario. C’est une histoire touchante, dure et forte.

Un homme, Saul Indian Horse, dans un Centre de rééducation post désintoxication choisit d’écrire sa vie plutôt que de la dire. Et nous entrons en sa compagnie dans le monde des Indiens de son clan vivant au bord de la rivière Winnipeg, où les rituels et les croyances magiques, le pouvoir de l’intuition font partie du mode de vie au quotidien où les prières se font dans la langue ancestrale où l’on vit de pêche et de ce qu’on cultive. Mais c’est aussi le Canada des années 1960 où les enfants se cachent des Blancs pour ne pas être « volés », une des grandes préoccupations du moment étant de « désindianiser » et de christianiser ces enfants dans des pensionnats tenus par des religieux sans scrupules et pervers.

Saul se retrouve dans l’un d’eux à huit ans après avoir perdu sa famille, son frère enlevé et mort de maladie après s’être enfui et revenu parmi les siens, sa sœur enlevée elle aussi, ses parents disparus. Il marchait dans un exil hivernal en compagnie de sa grand mère Naomi qui n’arrive pas au terme du périple pour rejoindre un lieu de vie plus civilisé et meurt dans le froid pour le sauver, lui.

C’est dans l’Institution Saint Jérôme qu’il découvre le jeu du hockey grâce à un des Pères encadreurs initiateur d’une équipe parmi les pensionnaires. Le blanc de la glace, le vertige de l’équilibre de la vitesse, la vision du jeu qu’il comprend et peut « voir » à chaque match le sauve de sa condition et lui procure joie et vie dans cet enfer où les adultes abusent d’un pouvoir malsain sur les enfants sous prétexte d’éducation. D’autres adultes bienveillants vont lui fournir famille et épanouissement par le jeu ainsi qu’une affection qui va l’aider pendant un temps.

Mais le hockey reste avant tout un jeu de Blancs où un Indien même sublime joueur ne peut trouver d’issue. Le racisme lui fera quitter le stade et le conduira à la déchéance, les petits boulots, la perte d’identité et puis une lente remontée.

En lui, une rage qu’il étouffe, et des visions qu’il retrouve de sa culture, de sa famille. Quand il entreprend de revisiter les lieux de son passé, il comprend que le jeu lui a donné la chance de réparer ses blessures d’enfance et que la guérison lui appartient.

La construction du récit est très intéressante et captivante même si la structure et la langue sont classiques. On suit les aventures de Saul du début à la fin du récit avec le même intérêt, étape après étape, éprouvant les sentiments qui l’animent, ressentant l’essence de ce personnage qui se construit, avec tantôt la naïveté de l’enfance, la profondeur de l’être en devenir, tantôt la rudesse de l’adulte en culpabilité, mais toujours animé comme lui du questionnement sur la recherche de sa vérité.

Un atout supplémentaire avec la magie du hockey sur glace, l’exaltation de la vitesse et cette vision de jeu comme un cadeau au héros si bien décrite nous entraîne à espérer au fil des mots que Saul s’en sorte, qu’il affronte ses démons, réussisse à les vaincre et à retrouver une joie d’être ou le blanc reste la lumière du jeu...

(Présentation : Annie Contin)