Gap -  Hautes-Alpes

Il était une fois à Losonc
Peter Balko - traduit du slovaque par Barbora Faure
Ed. Bleu et Jaune, 2022



 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

À Losonc, quelque part en Slovaquie, près de la frontière hongroise, deux enfants de huit ans, Léviathan fils de bonne famille, et Kápia livré à lui-même et à la rue, deviennent les meilleurs amis du monde. L’un obèse, poussé par son grand père à écrire des histoires, l’autre sec, graine de voyou, voit son père alcoolique s’enfermer dans un placard pour éviter de le rouer de coups. Ce sont deux mauvais garçons qui font les quatre cents coups, ne craignent pas les adultes et font souffrir les plus faibles à l’école et dans la rue. « Kapia me révéla un jour sa théorie sur les bons et les méchants. Kápia fermait l’œil gauche et regardait le monde environnant… Ceux qui ne se déformaient pas sur la rétine de l’œil entrouvert étaient bons et n’avaient pas besoin d’être rossés à titre préventif…Quand je lui demandais s’il s’était déjà mis devant un miroir en clignant de l’œil, il ne répondait pas. » Même si leur éducation les sépare, la force de leur amour les rend attachants même si leurs exactions prêtent à réfléchir sur les mœurs du pays.

Ce roman s’ancre dans une ville imaginaire, Losonc, où l’on rencontre les problèmes des invasions et guerres en fond historique induites par la proximité de la Hongrie et la création de l’Empire Austro-Hongrois, et où, entre légendes racontées par la grand-mère de l’un, comme celle de serpents noirs qui agonisent quand la rivière noircit et devient frontière, et les histoires d’objets comme celle du couteau à la lame violette et parfumée forgé il y a bien longtemps par un amoureux original que possédait l’autre, le récit est parsemé d’anecdotes riches d’une culture slovaque très colorée.

Peter Balko raconte, à l’aide de personnages mythiques inventés et d’objets symboliques, l’histoire de la Slovaquie traditionnelle dominée par les Hongrois puis envahie par les Allemands. Le regard extérieur et le ton léger composent une fiction vive, parfois baroque, où l’amitié indéfectible de deux enfants de huit ans a une place de choix. Le regard extérieur, la plume légère dans la description des faits donne au tragique des allures de fiction et renforce l’absurdité de ce siècle.

(Présentation : Annie Contin)