Gap -  Hautes-Alpes

L'hôtel de verre

Emily St John Mandel 

Rivages/Noir, 2021


 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Après le succès de Station Eleven, son précédent roman traduit en une traentaine de langues - récit post-apocalyptique décrivant un monde où la civilisation s'est effondrée suite à une pandémie foudroyante - la canadienne Emily St. John Mandel publie L’Hôtel de verre. Le point de départ de ce nouveau livre est la fameuse affaire Madoff, le scandale financier qui a défrayé la chronique en 2008. Pour assurer les rendements exceptionnels et réguliers qui faisaient sa réputation, il utilisait l’argent des nouveaux investisseurs pour payer les anciens. Jusqu’à la crise financière de 2008 qui fait s’écrouler son système.

Le roman d' Emily St. John Mandel est  construit sur un compte à rebours. La chute est connue d'avance : une jeune femme disparaît en mer en tombant d'un navire. Puis l'action proprement dite débute 13 ans auparavant, dans un décor de rêve : un hôtel de luxe dans un endroit isolé au nord de l’île de Vancouver, inaccessible en voiture. La clientèle, exclusivement constituée de milliardaires , y accède par bateau afin d'y contempler la beauté des couchers de soleil sur une nature préservée, bien à l’abri derrière de larges baies vitrées.

Paul, aspirant compositeur, et sa soeur Vincent (qui porte un prénom masculin), vidéaste amateure, travaillent tous deux à l’hôtel Caiette. Un soir, alors qu’on attend l’arrivée de Jonathan Alkaitis, milliardaire américain et propriétaire des lieux, le gérant découvre avec horreur un tag gravé sur l’une des parois transparentes : "Et si vous avaliez du verre brisé ?",  graffiti menaçant qui semble destiné à Jonathan Alkaitis.  
A partir de là, le destin de Vincent va basculer, lié à celui du milliardaire et à tous les autres personnages qui vont progressivement se greffer autour d'eux.

Le roman raconte les circonstances de la chute de Jonathan Alkaitis, de la ruine de tous ceux qui lui ont fait confiance, employés, compagnes et victimes, autant par naïveté que par avidité.
La structure narrative  utilisée par Emily St.John Mandel fait écho au montage financier utilisé par Madoff pendant des dizaines d'années : la fameuse pyramide de Ponzi. L'auteure a très habilement construit de la même façon son récit, l'intrigue s'enrichissant au fur et à mesure de personnages secondaires qui prennent de plus en plus d'importance et portent l'histoire jusqu'à l'effondrement.
Elle s'intéresse au moment de bascule dans l'existence des personnages et met en évidence les mécanismes  qui les ont conduits  à se laisser enfermer, plus ou moins consciemment, dans une vulnérable mais séduisante bulle d’irréalité, à l’image de cet hôtel de verre, cocon douillet et exclusif à l’écart du monde, dont on en vient à oublier qu’il pourrait voler en éclats comme du cristal. Autour de la trame de cette criminalité en col blanc, ce roman noir se déploie sur des dimensions aussi bien psychologiques que fantomatiques où la culpabilité occupe une place centrale.

Extrait :
« Il y a du vrai là-dedans, décide-t-il plus tard, en faisant la queue pour le dîner. Il est possible de savoir qu’on est un criminel, un menteur, un homme sans grande moralité, et en même temps de ne pas le savoir, en ce sens qu’on a le sentiment de ne pas mériter sa punition, d’avoir droit, malgré les faits bruts, à de la clémence, à une sorte de traitement spécial. On peut savoir qu’on est coupable d’un crime très grave, qu’on a volé d’énormes sommes d’argent à de multiples clients et que cela a entraîné la misère pour certains d’entre eux et le suicide pour d’autres, on peut savoir tout cela et néanmoins considérer qu’on est victime d’une injustice quand le jugement tombe. »

(Présentation : Catherine Soubigou)