Gap -  Hautes-Alpes

"La félicité du loup "

Paolo Cognetti

Stock, 2021

Traduit de l'italien par
Anita Rochedy

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

Dans ce récit on vit on réalise ses rêves et on change de destination au gré des relations. Chacun évolue à sa façon selon ses besoins, ses désirs et le contour de sa personnalité. Le point d’orgue, la montagne, avec un village, Fontana Fredda au cœur du Val d’Aoste où des personnages se croisent, se rencontrent, se reconnaissent sans s’être rencontrés. Fausto écrivain milanais en rupture de couple loue pour l’hiver ses talents de cuisinier au Festin de Babette, restaurant accueillant gens du pays, travailleurs et skieurs. Il y retrouve Silvia, jeune serveuse de passage et partagent en amoureux l’hiver sans autre promesse. Santorso ancien garde forestier, montagnard solitaire reclassé en dameur de pistes, plus proche des animaux que de ses semblables guette chaque soir à la fin de son travail un couple de tétras-lyres mâles qui se retrouvent à la lisière de la forêt pour se battre.

Dans ce récit, l’auteur explore les relations humaines dans la vallée, avec ses partages, l’entraide naturelle - Santorso rapporte des bûches pour nourrir le feu de Gemma, vieille et pauvre - dans un milieu où l’on tente de s’accepter tel que l’on est. D’ailleurs Babette en fait sa renommée. Elle a nommé son restaurant en référence à une nouvelle de Karen Blixen dans laquelle une servante française en Norvège apaise les rancœurs des travailleurs avec un festin inoubliable.

L’apprentissage de la montagne se retrouve dans ce fil des jours tissé par chaque personnage et, quand on retrouve Silvia en saison estivale dans un refuge du Mont Rose, camp de base au pied du glacier du Félik, c’est pour se familiariser avec la roche, la glace, le manque d’oxygène et la manière dont chacun aborde cet univers, refuge, évasion, danger, gagne-pain. À côté des corvées assumées par les travailleurs à tour de rôle l’auteur nous invite à découvrir les décors grandioses et l’attrait irrésistible des sommets tout autant que la fragilité des sentiments et la force d’âme nécessaire à la vie à cette altitude.

Paolo Cognetti, remarqué pour un précédent roman « les huit montagnes » (prix Médicis étranger 2017) dans lequel la symbolique s’attachait aux sensations du marcheur passionné et au sens de la vie empreint de sagesse népalaise, propose ici en filigrane « Les trente-six vues du Mont Fuji » du peintre Japonais Hokusai, livre offert par Silvia à Fausto et sa prise de conscience des écarts entre les univers et la fragilité humaine, chaque vue du peintre décrivant une scène dans laquelle les acteurs n’avaient aucune conscience de la splendeur des paysages qui les entouraient.

Le loup du titre parcourt le récit sans avoir une place prépondérante. Il est présent dans les lieux délaissés par les humains « […] ma foi ils peuvent bien le reprendre cet endroit, tu ne crois pas ? De toute façon, il n’y a plus personne » remarque Babette, ainsi du constat de Fausto, « de toute façon le loup ne devient jamais sédentaire à l’opposé de la forêt dans laquelle il s’abrite ».

Les choses vont ainsi, inéluctables, l’apprentissage des jeunes loups se fait au détriment du bétail non gardé, les effets du changement climatique produit par l’activité humaine transformeront cette vallée en lac, les glaciers disparaîtront et les humains toujours tentent de se construire alternant joies et souffrances. Un rien de nostalgie dans l’inexorable finement avancé.

Annie Contin pour Littera05