Gap -  Hautes-Alpes

Celui qui veille

Louise Erdrich

Albin Michel, collection Terres d’Amérique, 2022

traduit de l’américain par Sarah Gurcel

 

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion



Louise Erdrich est l’une des voix littéraires majeures des Amérindiens. Elle est née d’une mère indienne Chippewa et a passé son enfance dans le Dakota du nord. De là viennent la plupart des personnages amérindiens de ses romans qui luttent pour leurs terres, leurs droits, leurs croyances, leurs rites et leur mémoire.

Dans ce roman, « Celui qui veille », pour lequel j’ai eu un coup de cœur, Louise Erdrich nous entraîne justement à Turtle Montain chez les amérindiens Chippewas en 1953. L’histoire commence alors que le Congrès des États-Unis vient d’adopter la « résolution 108 » visant, sous prétexte d’égalité entre tous les citoyens américains, à supprimer les tribus amérindiennes en leur faisant perdre leur singularité autochtone, et donc à les chasser de leurs terres après les avoir « libérés » des traités que leurs ancêtres avaient signés et qui leur assuraient au moins la vie dans des territoires qui leur étaient réservés. Des traités censés durer « aussi longtemps que l’herbe poussera et que l’eau des rivières coulera ».

Deux histoires se croisent dans ce roman. La première, inspirée par la vie du grand-père de l’autrice, est celle de Thomas qui est d’une part veilleur de nuit dans une usine de pierres d'horlogerie proche de la réserve et d’autre part président du conseil tribal de Turtle Mountain. Il est celui qui veille sur son peuple et lorsqu’il réalise la portée de cette résolution fédérale, la menace qu’elle représente pour les siens, il va demander une audience auprès du sénateur Watkins au Congrès à Washington.

Le deuxième personnage marquant de ce roman est Pixie, une jeune femme de dix-neuf ans, nièce de Thomas et employée Chippewas dans la même usine que lui. C’est une battante qui souhaite faire des études et ne veut ni mari ni enfants. Pour l’instant, son salaire permet à sa famille de survivre. Elle va cependant quitter un temps et pour la première fois sa communauté afin de partir à Minneapolis rechercher sa sœur aînée Véra qui n’a pas donné de nouvelles depuis des mois.

Au delà de ces deux personnages principaux, l’autrice a su capter une tranche de vie de toute la communauté Chippewas et la restituer grâce à un récit d’une grande force, à la fois très engagé et humain, sans manichéisme. Avec un style tout en délicatesse et émotion, développé dans de courts chapitres, Louise Erdrich a su décrire la complexité des rapports humains dans les situations personnelles comme dans les évènements collectifs.

C’est un roman que je garde en mémoire grâce à son engagement qui nous rappelle les luttes acharnées que les amérindiens ont menées et continuent à le faire pour préserver leur dignité de premiers habitants du territoire.

Enfin, ce beau roman a été couronné par le Prix Pulitzer en 2021.



Présentation :Marie-Claire Royer