Gap -  Hautes-Alpes

Bord de mer

Véronique Olmi

Actes Sud, 2001

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

Une mère et ses deux enfants prennent le car pour aller voir la mer. C'est elle qui raconte, elle, une mère anonyme, on ne connaîtra jamais son nom. Les deux enfants, Stan et Kévin, neuf et six ans, semblent contents de partir, mais l'inquiétude perce : Stan guette sa mère, comme il le fait quand elle reste assise des heures sans bouger dans la cuisine, et ses regards sont soucieux. Kévin est angoissé de ne pas aller à l'école le lendemain. Nous-mêmes lecteurs, sentons tout de suite couver le drame ; de petits détails laissent deviner qu'on ne pourra pas échapper à l'explosion de la tragédie : ils partent le soir pour que personne ne les voie ; avant de partir ils n'ont pas fini le pot de confiture et « cette confiture allait rester pour rien » ; ils n'ont pas pris les jouets que Kévin voulait emporter parce que « je savais bien qu'on allait pas jouer ».
Mais la ville où ils arrivent est comme abandonnée par le soleil, la pluie ne va pas cesser de tomber. Tout leur semble hostile : dans l'hôtel où ils prennent une chambre, tout est marron, les murs, le lino, les portes ; c'est un vieil hôtel où ils doivent monter six étages avant d'arriver dans une chambre minable, où la porte ne peut s'ouvrir entièrement parce qu'elle vient buter contre le lit, unique mobilier qui prend toute la place, où la fenêtre donne sur un mur qui bouche toute la vue.
Cette hostilité, ils la retrouvent aussi dans la rue, dans un café où ils vont boire un chocolat. Et quand ils découvrent la mer, le choc est terrible : c'est une mer en colère, démontée, avec des vagues énormes qui terrifient les enfants ; la plage est souillée de déchets, de bouteilles abandonnées, de plastiques accrochées aux rochers.
Alors malgré tous ses efforts pour apporter quelques petites joies à ses enfants, la mère se laisse à nouveau envahir par « des pensées noires et glacées ». Ses angoisses qu'elle avait réussi à faire taire quelques instants, remontent à la surface et l'entraînent au fond d'un gouffre sans fin.
« Les retrouvailles avec mes monstres. Des bêtes à pinces, des petits cancers rampants qui cherchent à me sucer le sang. Ces choses-là me disent toujours que ça va pas, que ça va pas du tout, que tout est raté et que ça peut devenir pire, quelque chose d'effrayant m'attend, et c'est de ma faute, je m'y suis mal prise et il est trop tard pour moi & je m'en sortais pas, y avait pas de paix pour moi ».

Véronique Olmi a écrit ce livre après avoir été profondément choquée par un entrefilet lu dans la presse qui racontait un drame vécu par une mère et ses deux enfants. Elle a voulu essayer de comprendre ce qui avait pu se passer. Et son récit nous percute comme un coup de poing, nous horrifie et nous glace, tant le ton est juste, tant les mots employés nous malmènent et ne nous cachent rien du drame.

(Présentation : Anne-Marie Smith)