Gap -  Hautes-Alpes

Bel abîme

Yamen Manai

ED. Elyzad, 2021

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2023_2024 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2023_2024
   2022_2023
   2021_2022
   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Les livres nomades passent à l'Est
    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Dima Abdallah
     Fanny Saintenoy
     Giosue Calaciura
     Laurent Petitmangin
     Yamen Manaï
     Céline Righi
     Andreï Kourkov
     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021

- Lectures partagées à Gap :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2022_2023
    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2023_2024
    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la ram et rcf :

    2023_2024


- Echappées livres (archives) :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire (archives) :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral (archives)

    2022_2023
    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019-

 

-Nos partenaires :

   La liste


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

« Bel Abîme » est le quatrième roman de Yamen Manaï, jeune auteur tunisien, paru aux éditions Elyzad.
Il commence au moment où le narrateur, ayant été arrêté par la police, va raconter à l’avocat commis d’office puis au psychologue, les raisons qui l’ont poussé à commettre ces actes de violence. C’est une décision prise par son père qui va provoquer ces gestes remplis de rage et de colère.
Issu de la classe moyenne, vivant dans une banlieue modeste, le narrateur va être confronté à la violence que subissent les plus faibles. Celle infligée par ses parents,  ses instituteurs, ses coreligionnaires et dont sont aussi victimes les jeunes qui l’entourent. Cet enfant chétif va trouver dans un premier temps une force en découvrant celle des mots « Lire ne donne pas de pouvoir, lire ne sauve pas ? Cela ne fait aucune différence, on finit toujours les pieds devant ? OK, lire ne rend pas immortel, je vous l’accorde, mais ça rend moins con, et ça, c’est déjà beaucoup ». « C’est là que j’ai remarqué que personne ne vous cherche de noises quand vous avez le nez dans un livre ». « Ca m’a donné des mots, des idées, une force à l’intérieur que je n’osais pourtant pas exprimer tant j’étais frêle et gringalet ».
Cette situation va durer jusqu’à l’arrivée de Bella, pour qui il fera tout jusqu’à affronter l’autorité toute puissante de son père. En sa compagnie, le chétif garçonnet va se transformer en adolescent vigoureux. « Tout au long de notre relation, elle n’a eu de cesse de faire ressortir ma meilleure face, la plus brave, la plus digne, et de forger en moi une force que je ne me soupçonnais pas. »
Pour elle, il va devenir un homme et il va se battre pour elle.

Porté par une écriture au vocabulaire à la fois cru et poétique, on traverse cette histoire fasciné et ému par la puissance des sentiments, des émotions qu’elle raconte.

A travers cette histoire d’amour différente, particulière et inconditionnelle, Yamen Manaï nous engage à réfléchir sur le monde actuel : sur les conditions de vie de la jeunesse tunisienne, et plus largement sur l’écologie, sur la cause animale et sur notre rapport à la terre.
Ce jeune auteur, né en 1980, confirme, roman après roman, une place incontestée dans la nouvelle génération d’auteurs tunisiens, bâtissant ses œuvres comme des contes modernes inspirés tant par l’actualité que les nouvelles technologies.

Ce livre fait partie de la sélection catégorie « romans » du  Prix PACA lycéens et apprentis 2022.

Bibliographie :

  • La Marche de l'incertitude, Tunis, Elyzad, 2010 : roman venu durant un voyage à Barcelone
  • La Sérénade d'Ibrahim Santos, Tunis, Elyzad, 2011 : inspiré d’un voyage à Cuba
  • Collectif, Nouvelles de Tunisie, Paris, Magellan et Cie, 2012
  • L'Amas ardent : roman, Tunis, Elyzad, 2017 avec lequel il a remporté plusieurs prix (Prix des cinq continents de la Francophonie
  • Bel abîme : roman, Tunis, Elyzad, 2021 : Prix obtenus : Prix de la Littérature Arabe 2022, Prix orange du livre en Afrique 2022, et bien d’autres.

 

Editions Elyzad
Les éditions Elyzad sont nées à Tunis en 2005, et ont à leur tête 2 femmes Elisabeth Daldoul et Vanessa Pecastaings . Elles donnent à entendre les voix des romanciers, «ces historiens de l’imaginaire », qui disent la parole tue, explorent l’âme humaine dans toute sa nudité. L’important pour elles est de découvrir l’Autre dans sa singularité, dans son universalité, combattre les préjugés, faire entendre les battements du cœur du Monde. Avec toujours la même exigence, des textes garants d’une pensée libre…

(Coup de coeur pour "le Dauphiné libéré" de Claudine Mathieu)