Gap -  Hautes-Alpes

Arbre de l'oubli

Nancy Huston

Actes Sud, 2021

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

 


Premières pages du livre : Nous sommes en 2016 : Shayna arrive à Ouagadougou avec son ami Hervé. Nous n’y restons qu’une soirée : très vite le récit revient dans le passé, l’enfance de Shayna, l’enfance et la vie  de ses parents Lili Rose et Joël ainsi que celle de ses grands parents. Des vies qui pèsent lourd sur les épaules de Shayna : Les parents de Joël sont des rescapés de la Shoah, toute la famille a été décimée dans les camps et la judéité du père a une lourde influence sur les vivants. Sa mère Lili Rose née d’une famille « méthodiste d’origine britannique »  a subi des abus sexuels dans son enfance dont le souvenir explosera un jour au cours d’une séance chez le psy, ce qui la conduira à une tentative de suicide. Et quand Joël et Lili Rose envisageront d’avoir un enfant, toutes leurs tentatives restent vaines. Ils décident d’avoir recours à la GPA et c’est une femme noire américaine qui sera la mère biologique de Shayna qui comprendra très vite qu’elle a été achetée (30000 dollars). Elle pense qu’elle vit au milieu de Blancs privilégiés et n’aura de cesse de retrouver sa mère biologique. Les circonstances de sa naissance la hantent et on va peu à peu découvrir avec elle les bribes de son identité.  Elle veut connaître l'identité de sa mère biologique et renouer avec ses racines africaines.  Elle dresse un parallèle entre sa naissance et l’oppression dans les plantations de coton, entre sa conception et la fécondation imposée aux femmes noires dans les plantations qui subissaient la volonté des maîtres.

L’esclavage, les camps de concentration, deux sujets phare du livre, un héritage double pour Shayna qui  explique sa rage, sa colère que Nancy Huston veut comprendre. A ces événements de la Grande Histoire  Nancy Huston ajoute les enjeux essentiels de notre monde : le racisme anti-noir (les Beiges et les Marrons), le rôle joué par les religions, la GPA, la violence sexuelle dont sont victimes les femmes, les femmes artistes en particulier, le féminisme, les problèmes écologiques (nous, occidentaux, nous n’avons pas appris le respect de la nature et n’avons pas écouté la sagesse des peuples autochtones), la cause animale, la violence à la télévision, la prostitution des très jeunes filles au Kenya ….
Pour évoquer notre époque, l’auteure évoque ici et là l’Irak, le Vietnam ou l’Iran, le 11 septembre, les débuts du SIDA, l’Afghanistan …. sans pour autant les rattacher aux personnages.

Le roman est donc construit  sur une mise en parallèle de trois générations. Une construction assez complexe qui peut rebuter des lecteurs qui ne trouvent pas d’ordre chronologique et souvent des marches arrière. Il faut seulement rester en éveil pour établir des relations entre les personnages au début du livre surtout, mais après on comprend mieux les enchaînements. C’est le parcours de Shayna qui est le fil rouge du roman et qui éclaire le récit.

L’épigraphe du livre est une phrase de Romain Gary :
« Il ne s'agit plus de dire, mon maître. Il ne s'agit plus que de hurler "

 

(Présentation : Anne-Marie Smith)