Gap -  Hautes-Alpes

A la ligne, feuillets d'usine

Joseph Ponthus

La table ronde, 2019

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2021_2022 :

    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2020_2021
   2019_2020
   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :

    Le roman, écho de notre temps
    Petites maisons d'édition
    Terres d'Afrique
    Des histoires de grands espaces
    L'art dans le roman
    Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Hadrien Klent
     Serge Joncour
     Sorj Chalandon
     Clara Arnaud
     M. de Kerangal et S. Prudhomme
     Luc Bronner
     Mohamed Mbougar Sarr
     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :

   La Liste

- Lecture à haute voix :

    2021_2022
    2020_2021

- Atelier d'écriture :

    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées au Pays des Ecrins:

    2021_2022
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Sieste littéraire :

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020

- Emission-radio sur Fréquence Mistral

    2021_2022
    2020_2021
    2019_2020
    2018_2019

- Nos partenaires :

    Mairie de Gap
    Conseil Departemental
    Mediatheque de Gap
     Foyer Culturel Veynois
     Radio Frequence Mistral
     Festival de Chaillol
    UTL de Gap
    Cinematheque d'images de montagne
    Mediatheque de Laragne
    Mediatheque du Poet
    Pays des Ecrins


- Contact

- Bulletin d'adhésion

À la ligne, feuillets d’usine de Joseph Ponthus est le premier roman de Joseph Ponthus. Il décrit avec minutie les journées de travail à l’usine, tout est détaillé avec précision, les horaires de nuit qui cassent le rythme du sommeil, la pénibilité, la lourdeur des carcasses qu’il faut suspendre et pousser sur des rails, une infinité de gestes répétitifs qui cassent les reins, les ruisseaux de sang qu’il faut nettoyer dans les abattoirs, l’odeur de poissons qui résiste au lavage, les doigts, les orteils bleuis par le froid, la souffrance des corps, le bruit assourdissant, l’abrutissement du travail à la chaîne, la fatigue extrême.

Pour un
travailleur social qui a étudié à Hypokhâgne, l’usine c’est un choc physique, moral, existentiel, mais l’usine, c’est aussi la solidarité entre collègues, l’entraide, c’est l’endroit d’un travail absurde, abrutissant et paradoxalement, pour l’auteur, le lieu où il réfléchit, laisse divaguer ses pensées, convoque la littérature, les auteurs qu’il connaît, qu’il affectionne, le lieu aussi qui lui permet de découvrir et d’éprouver sa capacité de résistance.

Avec Joseph Ponthus, la vie ouvrière est un opéra, une corrida, il y a un souffle guerrier dans cette prose
scandée, slamée, c’est une lutte contre les éléments, un combat qu’il gagne grâce à Apollinaire, Trenet, Satie, Monnet, Brel, Dumas, Ferré, Beckett, et tant d’autres figures tutélaires.
Et on respire, entre les lignes, avec les souvenirs d’enfance, le bonheur dominical, l’humour qui prend
le pas sur la colère, l’amour qui apaise la rage.


Extraits
:
....Je commence à
travailler / J’égoutte du tofu / Je me répète cette phrase
Comme un mantra / Presque / Comme une formule magique

Sacramentelle / Un mot de passe

Une sorte de résumé de la vanité de l’existence du travail du monde entier de l’usine

Je me marre / J’essaie d
e chantonner dans ma tête
Y a d’la joie / du bon Trenet pour me motiver

Je pense aux fameux vers de Shakespeare où le monde est une scène dont nous ne sommes que

les mauvais acteurs....

....J’égoutte du tofu / Je me répète cette phrase / Comme un mantra

je me
dis qu’il faut avoir une sacrée foi dans la paie qui finira bien par tomber
dans l’amour de l’absurde / ou dans la littérature

Pour continuer....

....On gagne des sous / Et l’usine nous bouffera

Et nous bouffe déjà / Mais ça on ne le dit pas

Car à l’usine / C’
est comme chez Brel
“Monsieur / On ne dit pas / On ne dit pas”....

....Il y a les vivants les morts et ceux qui sont en mer.

Il y a les vivants les morts et ceux qui sont en guerre.

Quel rapport avec l'abattoir sinon le sang de la Grande Boucherie.

" Ah Dieu
! Que la guerre est jolie "/ Qu'il écrivait le Guillaume / Du fond de sa tranchée
Nettoyeur de tranchée / Nettoyeur d'abattoir

C'est presque tout pareil / Je me fais l'effet d'être à la guerre....


Un livre fondamental sur la condition ouvrière.

Joseph Pont
hus est décédé d’un cancer foudroyant une année après la parution de ce livre qui a eu beaucoup de succès, a remporté le prix RTL Lire et Régine Déforges en 2019.

(Présentation : Simone Delorme)